Contrôle de gestion

IFRS

Visa IFRS

contacter
Imprimer cette page
Retour

Quel mix pour le futur ?

Les prolongateurs de formation

  • Après une certaine folie de l’e-learning, il y a une dizaine d’années, les professionnels de la formation s’interrogent aujourd’hui sur de nouvelles propositions émergentes. Nouveaux media et réels compléments de formation, ou nouvelle mode ?

    Le « m-learning » (mobile learning) rend disponible sur smartphone des contenus de formation ou d’information. On se doute que s’il s’agit d’une réelle innovation technique, les applications y seront limitées par la taille de l’écran et le fait que « le temps de cerveau disponible » n’y soit pas de première qualité : l’utilisateur de téléphone étant sans doute mal installé et susceptible d’être dérangé. Toutefois, la grande disponibilité du support en fait un plus appréciable dans certains cas, pour les quiz par exemple.

    Pour éviter le plus grand écueil du e-learning, la difficulté à rester concentré sur un écran pendant de longues périodes, les « serious games » promettent d’impliquer l’apprenant grâce au jeu : la forme ludique permettant d’atteindre l’objectif « sérieux » de formation ou d’information.

    Autre nouveauté du moment : le social learning. Puisque certaines personnes sont capables de passer des heures sur leur page ou celles de leurs amis sur les réseaux sociaux, pourquoi ne pas utiliser ce canal pour diffuser des messages à visée pédagogique ?

    Devant cette avalanche de nouveaux supports, quelle attitude adopter ? On se doute qu’une dose de vigilance s’impose, mais elle ne doit pas aller jusqu’à l’inaction. Idéalement, ces solutions sont à développer sur mesure, en particulier dans le domaine de la finance. Mais les entreprises ne peuvent pas toujours se le permettre : si une place de cinéma coûte quelques euros, le film en a quant à lui coûté quelques millions. Produire son propre media est souvent hors de portée. Entretenir une présence sur un réseau social ne se conçoit que dans la durée, ce qui entraîne des coûts importants et une vraie planification. D’autant plus que le coût lui-même n’est pas certain, les dérapages en cours de production étant toujours possibles.

    Face à une telle incertitude, la circonspection est de mise et les fondamentaux sont d’un grand secours : quel message, pour quel public ? Si le media est le message, celui-ci ne doit pas se résumer au dernier gadget. Approchés avec réalisme, les nouveaux outils présentent de nombreux attraits : ce sont de véritables prolongateurs de formation, à condition de se souvenir qu’ils ne sont que des outils au service d’un projet de développement des compétences.


    Par Frédéric Petit

    Consultant