Contrôle de gestion

IFRS

Visa IFRS

contacter
Imprimer cette page
Retour

Pourquoi (et comment ?) faire un business plan dans un environnement changeant ?

  • Lettre d’info n°14

    Dans les affaires comme dans la vie, le changement est la seule certitude. Et le changement s’accélère. Dans ce contexte, à quoi bon faire des projections de résultats à trois ou cinq ans, comme l’impose l’exercice du business plan ? Certains annoncent même la fin du business plan.

    Comme le disait Churchill : « Les plans ne sont rien, mais la planification est essentielle ». L’exercice du business plan permet de formaliser le modèle : quels sont les moyens mis en œuvre, quels sont les résultats obtenus et les paramètres-clés. La modélisation permet de prévoir l’impact sur le projet du changement d’une donnée et de savoir sur quel levier agir pour piloter le projet. Le business plan est donc une étape essentielle qui permet au porteur de projet de mûrir son projet.

    S’étant lui-même convaincu, le porteur de projet va pouvoir communiquer son enthousiasme aux autres : on n’entreprend jamais seul, il faut convaincre partenaires, collaborateurs et financeurs. Parmi les outils qui permettent d’emporter la conviction, le business plan fait partie des plus efficaces. Il s’adresse à la raison, il est logique, on peut donc en discuter et l’évaluer.

    Surtout, le business plan ne s’arrête pas à quelques chiffres. Ce qui compte n’est pas la VAN ou le TRI auquel on aboutit, mais la façon dont on y arrive et comment on réagit au changement. On gère sur le « comment ? » et sur le « pourquoi ? », plus que sur le « combien ? ». Le business plan est plus que jamais indispensable.

    « Le grand art, c’est de changer pendant la bataille. Malheur au général qui arrive au combat avec un système. » Napoléon.

    Vincent Drouillard
    Consultant